Menu

Les 5 jobs d’été les plus courants en Provence

Tout le monde connaît la musique : pendant les bacheliers révisent, les étudiants – qui arrêtent les cours fin avril ou début mai – sont à la recherche d’emplois saisonniers. La majorité d’entre eux se retroussent donc la manche pour pouvoir s’offrir des vacances dans des destinations prisées comme le Var ou les Landes, ou parfois pour profiter des années de liberté l’année prochaine. Dans cet article, nous parlerons de cinq des jobs d’été les plus courants en Provence. Notre sélection comprend surtout les emplois saisonniers les plus sollicités à Marseille et plus globalement en Provence.

Plagiste

Ce poste s’adresse à une personne ayant des qualités de vente et qui, bien entendu, ne craint pas les coups de soleil. Le rôle du plagiste consiste notamment à trouver des locations de matériels ou de véhicules aux clients des plages privées ou même dans des stations balnéaires. A cet effet, il prend en considération la demande du client et lui propose le matériel ou les formules adaptées ; il établit par la suite un contrat de location, offre au client un accompagnement personnalisé dans la prise en main de son véhicule ou du matériel, tout en s’assurant que le client en question maîtrise parfaitement l’appareil.

Le plagiste doit par ailleurs présenter un sens du relationnel irréprochable, aimer le contact avec les personnes – ce sont au demeurant autant de qualités personnelles qu’un candidat peut très bien mettre en avant lorsqu’il doit faire un CV pour un job d’été. Il lui est surtout exigé de savoir s’organiser car il lui arrive souvent de gérer plusieurs locations en même temps, parfois plusieurs fois par jour. Le fait par ailleurs de maîtriser une ou plusieurs langues étrangères est un atout appréciable, le plagiste étant bien souvent amené à travailler avec des touristes étrangers.

Serveur

Le moins que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un des métiers les plus fatigants et sportifs. Effectivement, le serveur ou la serveuse, parfois stressés, doit courir partout et surtout avoir une mémoire d’éléphant. Mais il est certain qu’on ne risque pas de s’ennuyer à ce poste. On aura besoin aussi bien de son cerveau que de ses jambes, mais pas nécessairement d’être bardé de diplômes ! Les serveurs ont en tout cas la chance de travailler sous le soleil des terrasses face à la mer ou dans une charmante petite rue provençale. Ils bénéficient en outre souvent de repas gratuits, préparés par le chef en personne.

La plupart des clients sont en vacances, ce qui veut dire qu’ils ont davantage de temps et ne sont pas stressés : de vrais échanges se créent souvent. Les inconvénients habituels de cette profession peuvent décourager, notamment des horaires décousus et un rythme de travail effréné. Mais en période estivale, les clients laissent pour la plupart de gros pourboires.

Sauveteur en mer

Le métier est pour le moins excitant. Dans la pratique, le sauveteur peut prendre tout le temps pour bronzer ou se faire des amis sur la plage – sans pour autant perdre sa vigilance. Le sauveteur est avant toute chose une personne responsable. En effet, il doit surveiller une vaste zone autour de son poste et peut être amené à intervenir à tout moment – il doit en particulier garder les yeux ouverts sur les enfants qui profitent de la mer ; outre la plage, la zone d’intervention peut aussi être la mer. Certains sauveteurs en mer passent leur diplôme à dix-huit ans, le plus souvent pour avoir une qualification valorisante.

Toute personne souhaitant exercer ce métier doit par ailleurs être de nature sportive et rigoureuse, notamment pour le secourisme. De nombreux sauveteurs considèrent cet emploi comme bien plus qu’un simple job d’été. Certains d’entre eux font d’ailleurs partie de l’association SNCM (Société nationale de sauvetage en mer) qui recense plus de 7 000 professionnels du sauvetage. Cet organe devient, au fil du temps, une famille, un groupe d’amis, un cadre parfait pour de belles rencontres. Mais surtout, le sauvetage en mer est une formation professionnalisante, ce qui peut servir dans la poursuite de sa carrière professionnelle.

Animateur pour enfants

Oui, c’est bien sympathique de s’amuser avec des enfants voire de partir en vacances avec eux. Bien entendu, le principal inconvénient est qu’on n’a pas vraiment le temps de se reposer ou de lire un bouquin. Le rythme est en effet soutenu, c’est bien connu. Mais au final, le retour sur expérience est bénéfique : le métier est responsabilisant, éveille la créativité pour trouver des activités et voyager.

Attention tout de même à ne pas confondre animation et garde d’enfants. L’animateur est censé accompagner au mieux le développement des enfants ou de jeunes. Il doit à cet effet répondre à leurs besoins par différents éléments comme les jeux, l’animation, les interactions ou encore la gestion de conflits. L’animateur est parfois amené à jouer le rôle d’intermédiaire entre les parents et l’école, le collège ou le lycée.

Baby-sitting ou pet-sitting

Si vous aimez les enfants ou les animaux, il suffit de vous rendre sur un site ou une application qui recense des offres de garde ; ou alors vous allez frapper directement à la porte de vos voisins.

Le baby-sitting en particulier est une expérience enrichissante et, comme pour le métier d’animateur pour enfants, responsabilisante. Le baby-sitter est en effet censé trouver des activités différentes, supporter la chaleur, penser à la crème solaire, l’eau et le chapeau, la trousse à pharmacie ; il doit bien évidemment garder un œil sur l’enfant et gérer ses caprices ou ses éventuels bobos.

Entre autres activités, le baby-sitter a la chance de pouvoir pratiquer différentes activités extérieures tout en étant payé. Il crée de fait une relation sur le long terme avec l’enfant, car le baby-sitting estival est sur une plus grande période et toute la journée, comparé aux soirs en semaine.